06 35 41 18 70 ou 07 83 15 85 67 ocsolutionsassainissement@outlook.com

Schéma départemental d’assainissement de l’Hérault pour 2010 – 2021

L’eau, élément de base de toute forme de vie, constitue un patrimoine qu’il est essentiel de conserver.
Le Conseil général de l’Hérault conduit depuis des années une politique volontariste ambitieuse dans le domaine de l’eau qui se décline en matière d’alimentation en eau potable, d’assainissement des eaux usées, de gestion par bassin versant, d’aménagements hydrauliques et d’entretien des milieux
aquatiques. Afin de structurer et de planifier son action, il établit des schémas prospectifs en matière d’eau potable
et d’assainissement.

Nouvelles exigences réglementaires pour le traitement de l’eau

Ces schémas doivent évoluer pour intégrer les nouvelles exigences réglementaires, sociales et environnementales qui encadrent notre action et anticiper l’évolution des besoins à venir. Un schéma prospectif d’assainissement avait été élaboré et approuvé par le Conseil général de l’Hérault en 1995 pour une durée de quinze ans environ. Ce schéma est arrivé à échéance tout en intégrant des évolutions importantes qui ont modifié le contexte de mise en œuvre des programmes et les modalités d’intervention du Département auprès des communes en particulier. Une nouvelle réflexion s’avère donc nécessaire pour caractériser lesconditions d’application de la politique départementale d’assainissement et permettre la définition et la quantification des besoins en assainissement pour les années qui viennent et les méthodes et moyens à mobiliser par le Département pour y concourir efficacement.

Qualité de l’eau et du milieu naturel

L’élaboration du schéma d’assainissement s’inscrit dans le processus global d’aménagement du territoire départemental en intégrant les particularités des territoires de projet. Il constitue un des éléments de la politique globale de gestion de la ressource en eau, avec pour objectif premier d’assurer la conservation de la qualité des masses d’eau pour préserver à la fois les usages et la qualité de nos milieux naturels qui contribuent à la qualité de vie et à l’attractivité de notre
département.
De nombreux éléments nouveaux guident l’élaboration du schéma départemental d’assainissement. Trois des principaux éléments qui modifient les modalités et besoins d’intervention en assainissement dans l’Hérault sont :

  • La très forte augmentation de population observée et prévisible dans les années à venir.
  • L’évolution réglementaire :
    • mise en œuvre de la directive européenne cadre sur l’eau (DCE) qui porte obligation
      de résultat sur la qualité des masses d’eau qu’elle a délimitées ;
    • textes qui définissent les modalités d’assistance technique des Départements auprès
      des communes rurales.
    • Le besoin d’information et de concertation avec les populations bénéficiaires des services
      d’assainissement et les usagers des milieux aquatiques.

 

Assainissement collectif et assainissement individuel

L’élaboration du schéma a été fondée sur une concertation qui a mobilisé les structures locales de gestion de l’eau, les services de l’Etat et de l’Agence de l’Eau. En particulier, l’élaboration du schéma s’est appuyée sur la prise en compte des avis des partenaires du comité de pilotage en matière de partage du constat sur l’état actuel des milieux aquatiques, sur les performances des équipements en place et sur les objectifs à prendre en compte pour l’avenir.
Le schéma 2010-2021 est établi sur ces bases : après avoir fait un bilan de la réalisation du schéma précédent, un état des lieux des équipements actuels d’assainissement, de leurs performances et de l’impact qu’ils ont sur les milieux naturels a été dressé.

 

Etat des équipements de traitement des eaux et nouvelles normes

Un diagnostic portant sur les performances, la vétusté, la capacité et l’aptitude des équipements de traitement des eaux à assurer la protection des milieux naturels a été réalisé et a permis de définir les besoins pour la période future. Le chiffrage a été estimé sur ces besoins en utilisant les résultats d’une étude de coût des stations d’épuration confiée par le Département à un bureau d’études spécialisé. Au-delà de la définition matérielle et de la quantification financière des moyens à mobiliser pour assurer un traitement satisfaisant des pollutions issues des activités humaines, des modalités d’intervention complémentaires sont présentées. Ces propositions concernent la collaboration à établir avec les collectivités locales, la gestion physique des milieux, la connaissance de leur qualité et le partenariat avec les différents acteurs de l’eau.

Source : http://www.herault.fr/eau